Emmanuelle Dandrel Directrice de développement et de production de compagnies conventionnées ou émergentes
Home » Automne 22

Automne 22

 - Emmanuelle Dandrel

De Bejaïa à ........

ou De Bejaïa à Sète : le titre sera décliné pour chaque structure qui accueillera la pièce

d’après Tatassé, Mes rêves, mes combats, de Béjaïa à Ivry-sur-seine Tassadite Zidelkhile & Christian Billières

adaptation, mise en scène, musique CLAIRE DITERZI

conseiller dramaturgique CHRISTIAN GIRIAT

   avec Saadia Bentaieb, jeu, chant , Hafid Djemai Chant, mandole, Claire Diterzi chant, guitare Rafaelle Rinaudo, harpe électrique, Amar Chaoui, percussions, chant 

Le livre Tatassé, Mes rêves, mes combats, de Béjaïa à Ivry-sur-seine est publié en 2007 aux éditions L’Harmattan. Poignant témoignage de l’immigration algérienne de cette génération, des réelles conditions dans lesquelles on s’arrache de son pays et des siens, le livre est aussi un hommage vibrant à la ville d’Ivry-sur-seine

«À vivre passionnément, non pas dans un autre monde mais ici... là... dans cette ville d’Ivry qui sauvegarde la mémoire de ceux qui l’ont façonnée.»

"Ce spectacle est la rencontre d’une comédienne et d’une chanteuse, toutes deux de père kabyle qu’elles ont très peu connu, qui ne leur a rien légué de sa culture. Pour Saadia et moi, s’emparer du récit de vie de Tassadite, pénétrer chez elle, dans son intimité, dans sa mémoire, c’est partir à la conquête de nos origines arabes.

Au plateau, dans un écrin de projections de vidéos et de dessins, j’ai également convoqué une harpiste et un percussionniste rompu aux sonorités traditionnelles (qui m’inspirent depuis toujours dans mon travail de compositrice). Ils me prêteront main forte pour créer un univers musical qui poursuit ce fil qui est le mien : le croisement sans frontières et sans aprioris des genres musicaux (du lyrique à la pop, de la tradition au rock), la sédimentation des sources d’inspiration et leur transformation… malaxer, métisser, mailler, malaxer toujours. Là où l’histoire de Tassadite résonne avec la mienne, son parcours fait aussi écho aux thèmes qui m’accompagnent, me hantent parfois et que je creuse inlassablement au fil de mes créations et de mes rencontres artistiques : la place de la nature, la place du père, la place de la femme, de toutes les femmes, l’émancipation dans son oscillation perpétuelle entre autonomie et liens au monde, la question enfin, de la tolérance, des préjugés, la question de la place de chacun et du regard de l’autre."Claire Diterzi

«Vous savez la vie c’est dommage. Parce que les gens ne connaissent pas, ne savent pas d’où on vient, d’où on arrive, et pourquoi.»

CRÉATION 21 OCTOBRE 2022 Théâtre Molière Scène nationale de Sète Archipel de Thau 

Le 21 octobre 22  au Théâtre Molière-SN de Sète (34) à 20H30

 Le 2 décembre 22  à l’Atelier à Spectacle de Vernouillet -sc conv Art et création(28) à 20H30

 Le 24 janvier et 25 janvier à 20h 30  à la Salle Thélème de  Tours (37) – Avec intégration d’un chœur d’amateur·trices 

 Le 3 Février 22 au Trianon  Transatlantique-sc conv Art et création à Sotteville Les Rouen (76)  à 20H30

 Le 7 mars 22  au Grand Angle de Voiron (38) à 20H

 Les 14 Mars à la Comète - SN de Chalons en Champagne (51) à 20H30

 Le 18 Avril au Théâtre de Chatillon (92) à 20h30

 Le 10 Mai au Théâtre de Vannes Scènes du Golfe(56) à 20 h

 Coproductions : Scène Nationale de Sète-Archipel de Thau ;Théâtre de chatillon ; Scènes du Golfe de Vannes; L’atelier à spectacle de Vernouillet ;Le Trianon Transatlantique ; la Comète-Scène nationale de Chalons en Champagne 

 La compagnie Je garde le chien est conventionnée par le ministère de la Culture et de la Communication DRAC Centre-Val de Loire. Claire Diterzi est artiste associée à L’Atelier à spectacles, scène conventionnée d’intérêt national «Art et création» de l’Agglo du Pays de Dreux, artiste associée au Trianon Transatlantique Sotteville-lès-Rouen, scène conventionnée d’intérêt National «Art et création francophone» et compositrice associée à la scène nationale de Sète Archipel de Thau dans le cadre du dispositif «Compositeur.trice associé.e dans une scène pluridisciplinaire» initiée par la DGCA et la SACE

Bejaia sept 22 Bejaia sept 22 [6.375 Kb]

 - Emmanuelle Dandrel

Après ses representations au théâtre de l'Epee de Bois

 Le Collectf la Boutique a le plaisir de vous convier au spectacle

Butterfly

Théâtre/ micro-opéra 

Comédienne, soprano et quatuor instrumental

Auteure Leslie Menahem

Mise en scène d'Arnaud Guillou

au Théâtre de l'Epée de Bois

du 3 au 13 Novembre 22

Du jeudi au samedi à 19h

Samedi et dimanche 14h30(relâche exceptionnelle le 10)

Centre Culturel Jean Vilar de Marly Le Roi le 10 et 11 janvier 23

Sud Est Théâre de Villeneuve Saint Georges les 9 et 10 février 23

Théâtre Jacques Prevert d'Aulnay Sous Bois le 22 mars 23 à 20h30

Durée 1 H 15

 TEASER : Youtube : https://www.youtube.com/watch?v=Ei54i8Dxd8c

  Avec ,Céline Laly Laura Segré, Sophie Raynaud Emmanuelle Brunat Boris Winter Jérémy Bruyère

S’inspirant du récit des mariages éphémères entre marins et jeunes femmes japonaises Leslie Menahem, auteure, propose une fiction moderne inspirée du livret de l’opéra Madama Butterfly. Elle donne la parole à Suzuki, confidente de l’héroïne.

 "Cette femme, japonaise en 1900, est entourée de figures d’hommes qui volent, méprisent ou déchirent son bonheur : son père, Goro, Sharpless, Yamadori, son propre fils et bien entendu Pinkerton. Comme si tous ces hommes n’étaient qu’un seul homme jouant avec la petite Butterfly, fantoche sans désirs, sans coeur, sans âme. Et puis surgit Suzuki. La confidente, l’amie qui a tout vu, tout entendu, qui était là, qui n’a pas pu, qui aurait du... Peut-être est-ce le moment de déposer le fardeau ? Portrait à posteriori d’une femme par une femme, Suzuki trace, à l’encre de chine, les ombres de celle qui, comme le papillon, ne vécut que le temps de donner la vie." Arnaud Guillou

« Inspiré du Kirigami, l’art du papier découpé au Japon, j’imagine un dispositif scénique tout en clair/obscur. Une esthétique comme la définit Jun’ichiro Tanizaki dans son essai L’éloge de l’ombre ». Rebecca Dautremer

La série de pièces originales composées par Graciane Finzi sur des Haïkus viendront ponctuer le récit. Comme des pensées musicales et poétiques, hors du temps. 

Cette relecture contemporaine et transdisciplinaire de l’opéra de Puccini revisite la vie de Cio-cio San à travers les yeux de sa servante Suzuki.

 Producteur délégué : Collectif La Boutique, Co-producteur : la Compagnie Les Voix Élevées - Les Mains dans le Cambouis avec le soutien de la Cité de la Voix, l’Abbaye Royale de Fontevraud et le Centre d’Art et de Culture de Meudon. Le projet est soutenu par la Région Ile-de-France au titre de l’Aide à la création, et par la SPEDIDAM au titre de l'aide à l'EPK.

butterfly nov 22 butterfly nov 22 [4.859 Kb]

 - Emmanuelle Dandrel

Après ses représentations au Théâtre de Talange, 

La Compagnie la Mandarine Blanche a le plaisir de vous présenter sa nouvelle création

Des Larmes d'Eau douce

de Jaime Chabaud

Mise en scène d'Alain Batis

Avec Thierry Desvignes(comédien marionnettiste), Sylvia Amato(comédienne) et Guillaume Julien(musicien)

Marionnettes/ Objets/ Ombres

 Création tout public à partir de 9 ans / 3 protagonistes | 1 comédien-marionnettiste, 1 comédienne et 1 musicien

Des larmes d’eau douce,  est cette fable mexicaine qui soulève la question des violences faites aux enfants tout en parlant de question écologique et climatique. Publié en 2017, j’ai découvert la pièce tout d’abord en tapuscrit. Cela a été un coup de cœur. 

Une petite fille, Sofia, qui pleure des larmes d’eau douce sauvera un temps, grâce à ce don insoupçonné, son village de la sécheresse, avant que les hommes du village comprennent l’intérêt financier de ses pleurs… quitte à la maltraiter pour obtenir la précieuse ressource.

Cette fable parle de l'homme lorsqu’il est tiraillé entre subvenir à ses besoins essentiels et quand il est prêt à tout, rattrapé par la soif du pouvoir et de l'argent. Malgré les liens paternels... La dimension écologique est présente, l'eau symbole de l'or du XXIème siècle. La pièce traverse des univers poétiques et politiques où les attitudes l’Église et L’État " font débat ». Cette enfant termine en une poignée de feuille sèche... La question évidemment soulevée est celle de "l'esclavage moderne" avec l'exploitation des enfants aujourd'hui / le travail des enfants enlevés, séquestrés / la prostitution forcée / l'utilisation des enfants dans le commerce international des stupéfiants...

La dimension théâtrale et marionnettique, les objets, l’univers poétique, l’imagination sonore sont au cœur du projet. Un univers scénographique où le végétal et l'eau dialogueront

Saison 22/23

  - Vendredi 28 Octobre 22 au Théâtre Maurice Novarina à Thonon (74)/ Festival Des P'tits Malins à 15h et 20h 

  - Du lundi 7 au  mardi 8 Novembre 22 : Sud Est Théâtre de Villeneuve Saint Georges (94) / le 7 nov à 14h30 et le 8 nov à 9h30 et 14h30

  - Mardi 15 Novembre 22 : Festival de marionnettes Ainsi Font de Neufchâteau(88) à 10 h et 14h

  - Du jeudi 24 au samedi 26 Novembre 22 : CDN de Nancy / 5 représentations (54) : le 24 à 10h et 14h30 ;le 25 à 10h et 19h/ le 26 à 17h

  - Du jeudi 8 au dimanche 18 Décembre : Théâtre de l’Epée de Bois / du jeudi au samedi à 21h et sam-dim à 16h30

  -Dimanche 29 Janvier au lundi 30 janvier: Festival Momix-scène conv "Art,enfance,jeunesse" (68)l le 29 à 17 H 30 et le 30 à 9h30

 - Vendredi 17 février 23 à l’Espace Jean Moulin de Villiers sur Marne (94) à 14 h 30 et 20h 

  - Le jeudi 13 et vendredi 14 avril auThéâtre Louis Jouvet de Rethel (08) :  le 13 Avril à 14 h et le 14 Avril à 20h30

   - Du jeudi 25 au Vendredi 26 Mai à l’Espace Marie Koltès de Metz-sc conv écritures contemporaines (57) :  le 25 à 18h, le 26 à 14h et 20h 

 Co-productions ou partenaires: La Manufacture CDN Nancy Lorraine, Ville et Espace Molière de Talange, Théâtre Louis Jouvet de Rethel Scène conventionnée d’Intérêt National Art et création, Créa Scène conventionnée d’Intérêt National Art, Enfance, Jeunesse, Théâtre de Saint-Maur, Sud-Est Théâtre de Villeneuve St Georges, La Maison des Arts du Léman de Thonon Les Bains, le Festival Ainsi Font de Neufchâteau…

 - Emmanuelle Dandrel

 Après ses représentations au Théâtre de Cachan, au théâtre de Belleville

 La Cie Liba Théâtre vous convie aux prochaines représentations du spectacle 

   Sizwe Banzi is Dead ! 

   Texte : Athol Fugard, 

  Mise en scène : Jean-Michel Vier 

  Avec Jean-Louis Garçon et Cyril Guei 

Au Théâtre Louis Aragon de Tremblay en France le Vendredi 7 Octobre 22

 Au Théâtre Dunois du 7 novembre au 12 Novembre 22

 Lundi 7 novembre 2022 / 19h 

 Mardi 8 novembre 14h30 

 Mercredi 9 novembre 19 h 

 Jeudi 10 novembre 14h30 

 samedi 12 novembre 20h 

  teaser :https://youtu.be/qF_hcCsT8_g   

  Swize Banzi is dead est une pièce phare du théâtre des Townships 

 Styles est un photographe doué pour faire apparaître les rêves de ses clients quand ils posent devant son appareil. Un jour, dans sa petite boutique il reçoit la visite d’un homme qui fait ses premiers pas dans une nouvelle vie, et veut une photo pour l’envoyer à sa femme .Il dit s’appeler Robert Zwelinzima. Quand l’appareil se déclenche, nous apprenons que « Swize Banzi est mort » et dans un flashback nous entrons dans l’histoire de cet homme. Il vient d’arriver à Port Elizabeth. A l’intérieur de son propre pays, Swize n’a pas de « pass » en règle, il n’a le droit de travailler que dans la région où il est né. Arrête par la police, il doit quitter la ville sous trois jours. Il est recueilli par Buntu. Avec son aide, Swize va connaitre en l’espace d’une nuit un changement d’identité et un bouleversement intérieur.  

 Ecrite en 1972, cette pièce phare du théâtre des townships fait se rencontrer deux cultures, l’art africain du conteur et la tradition du théâtre occidental. Dans le contexte de l’apartheid en Afrique du sud, la pièce aborde les questions d’identité de manière universelle : en dehors de notre définition sociale qui sommes-nous vraiment ? Que faisons-nous de notre vie ? La vitalité, l’humour et la grandeur exprimés par les personnages, nous rappellent notre rôle de créateurs. Cette histoire est aussi notre histoire, les personnages sont confrontés à des obstacles qui les dépassent. Par chance, face aux enjeux de survie que raconte la pièce, nous avons devant nous des super-vivants, des maîtres de liberté qui livrent leurs secrets.  

   Athol Fugard, le grand dramaturge sud-africain a exprimé sa fierté pour cette oeuvre, « dans ses meilleurs moments c’est une célébration joyeuse et merveilleuse de la vie ».  

  Co-production Théâtre de Cachan et la Grange Dimière de Fresnes  

 

Siwze 22/23 Siwze 22/23 [1.790 Kb]

 - Emmanuelle Dandrel

  Après ses représentations au théâtre de Meudon, au Sud Est théâtre de Villeneuve Saint Georges, à l'Espace  Boris Vian des Ulis

Les Arpenteurs de l'Invisible ont le plaisir de vous  convier aux prochaine représentations de

Frankenstein 

N'ai-je pas raison de me lamenter de ce que

l'Humanité a fait d'elle-même?

d'après Frankenstein et l'oeuvre de Mary Shelley

Mise en scène de Florian Goetz et Jérémie Sonntag

tout public à partir de 14 ans (à  partir de la 3 ième)

durée : 1h30

Avec Roxane Kasperski, Jordan Sajous et Jérémie Sonntag

 Le Théâtre de St Maur(94) le Mardi 18 Novembre 22 à 14 h et 20h 30

L'Entre Deux de Lesigny(77) le Vendredi 25 Novembre 22 à 20h45

Théâtre des 2 Rives de Charenton(94) le mardi 29 Novembre 22 à 20h30

 La Ferme de Bel Ebat de Guyancourt(78)  les 6, 7 Janvier 23 à 20h30

Spectacle en tournée sur 23/24

 Dans un monde en perdition, trois voyageurs découvrent un homme à l'agonie, Victor Frankenstein. Ce jeune scientifique leur raconte son histoire : quelques temps auparavant, il est parvenu à donner la vie à une créature surhumaine. Mais celle-ci sème bientôt la terreur autour d'elle... 

 Mary Shelley fait parler le monstre, qui d’une part met en échec son créateur en lui donnant à regarder en face son abandon et son absence d’éducation, et d’autre part dénonce la violence institutionnelle qui l’a précipité dans la haine et la violence. 

 Ce mythe interroge les fondements de notre humanitéì en posant la question du regard qui assigne l’Autre aux identités réductrices du genre, de la race et/ou de la classe. Mais qui est donc véritablement le monstre ?  

 Dans une atmosphère hybride entre XIXe et XXIe siècle, où dialoguent éclairages à la bougie, ciels tourmentés, vidéo et body mapping, ce classique du « mystère et de la terreur » pose la question de l’hubris de l'homme et de sa responsabilité vis à vis de l’Humanité et de son environnement. En donnant la parole aux laissés-pour-compte, notre adaptation rend à l'oeuvre sa dimension politique en interrogeant les rapports de domination et l’origine de la violence. 

Les arpenteurs de l'invisible sont artistes associés et en résidence à la Ferme de Bel Ébat. 

 Production : les arpenteurs de l’invisible 

Coproduction : le CDNOI - CDN de l'Océan Indien, la Ferme de Bel-Ébat – Guyancourt, le Théâtre de Saint-Maur, le Sud-Est Théâtre - Villeneuve Saint Georges, le Centre d'Art et de Culture - Meudon, le Centre Culturel Boris Vian - les Ulis 

Soutiens : l'Entre Deux - Scène de Lésigny, la Courée - Collégien 

Avec la participation artistique du Jeune Théâtre National  

Accueil en résidence : le CDN de Normandie-Rouen, La Ferme du Buisson - Scène Nationale, La Ferme de Bel Ebat - Guyancourt 

Remerciements : l'Odéon - Théâtre de l'Europe, le Théâtre de la Cité Internationale, les Tréteaux de France - CDN 

 

frankenstein 22 frankenstein 22 [3.014 Kb]