Emmanuelle Dandrel Directrice de développement et de production de compagnies conventionnées ou émergentes
Home » productions 23/24

productions 23/24

 - Emmanuelle Dandrel

Les Compagnies Illimitée et Les Oyates(ex cie Tourneboulé) 

 prèsentent leur prochaine création

En Apparence

Pour faire le point sur nos habitudes vestimentaires et l’image qu’on renvoie de soi

Concert théâtralisé dès 6 ans
Création novembre 2023
Ce spectacle de et avec Tony Melvil

  mis en scène par Marie Levavasseur

Avec Tony Melvil, Mélissa Vanauberg, Thomas Demuynck

Teaser de prèsentation du projet : https://youtu.be/GqA29eonjgo

 

  « L’identité est une notion complexe. Qu’on se construise par identification, rejet, reproduction, conformité, opposition, héritage familial ou habitudes, notre identité est rarement simple et homogène. L’image que l’on renvoie de soi permet-elle d’accueillir notre complexité et nos contradictions ? L’identité, c’est aussi ce qui reste quand on enlève les artifices. Chez de nombreux artistes, notamment en musique, le pseudonyme agit comme un vêtement supplémentaire, une couche glissée entre l’individu et le public, un jeu masqué pour aider la magie à opérer. C’est ce terrain de jeu que nous explorerons dans cette forme hybride, entre concert de musiques actuelles, chansons et codes de théâtre »

 Au plateau, un musicien (Thomas Demuynck) et une chanteuse-musicienne(Mélissa Vanauberg) viendront ajouter leurs influences et leurs sensibilités aux couleurs musicales de Tony Melvil, pendant que la comédienne Lauriane Durix exécutera sa partition de transformation à vue du décor et de manipulation d’objets.

  Afin de mener à bien cette création nous sommes aujourd’hui à la recherche de partenaires(co-productions et préachats) et également de périodes de résidence.

 

Se positionnent comme partenaires de la création pour le moment :

- Le Grand Bleu, Scène Conventionnée d’Intérêt National Art Enfance Jeunesse, Lille 
- Culture Commune, Scène Nationale du Bassin Minier
- Le Train-Théâtre, Scène conventionnée d’Intérêt national Art et création – Chanson francophone, Portes-Lès-Valence
- Théâtre Jean Vilar, Vitry-sur-Seine
- Le Métaphone, 9-9bis EPCC, Oignies
- La Rose des vents, Scène Nationale Lille Métropole Villeneuve-d'Ascq
- Théâtre Antoine Vitez - Scène d'Ivry-sur-Seine                                                                                                                                                     -Pôle de création du Val Briard"L'Envolèe"                                                                                                                                             

 - Emmanuelle Dandrel

 Le Théâtre de l’Imprévu a le plaisir de vous convier à une

 Lecture théâtralisée

 Dorphé aux Enfers,

 Orléans 69

 Création 2023

 Texte : Luc Tartar

 Mise en scène : Éric Cénat

 Assistante à la mise en scène : Élisa Habibi

 Interprétation :

 Tristan Cottin,Laura Segré,Nicolas Senty,Claire Vidoni

 le 22 septembre 2022 à 19h30

  au

 Mémorial de la Shoah

 17 rue Geoffroy l'Asnier, 75004 Paris 

 « Qui n’a pas entendu parler de ces prétendues disparitions de jeunes filles dans les cabines d’essayage de magasins de vêtements d’Orléans en 1969 ? La rumeur est venue jusqu’à nous, a contaminé d’autres villes, s’est inventée des variantes. On ne sait s’il faut rire ou pleurer à l’évocation de l’enlèvement de ces jeunes filles via les souterrains d’Orléans jusqu’à un sous-marin mouillant dans la Loire…(...). Notre démarche artistique s'est retrouvée renforcée par la découverte du caractère antisémite de la rumeur d'Orléans, qui désignait les commerçants juifs de la ville comme les instigateurs de cette "traite blanche".

 Cette fascination des gens pour l’inconcevable intrigue l’auteur et le metteur en scène que nous sommes… »

 Luc Tartar et Éric Cénat.

Le Théâtre de l’Imprévu est une compagnie itinérante portée par la Région Centre-Val de Loire, le Conseil Départemental du Loiret et la Ville d’Orléans

Partenariats : Théâtre de la Tête Noire à Saran, Centre Dramatique National d'Orléans, CERCIL, Fédération Oeuvres Laiques, Centre Culturel Albert Camus d'Issoudun..

Dorphe sept 22 Dorphe sept 22 [612 Kb]

 - Emmanuelle Dandrel

La Compagnie Mandarine Blanche est ravie de vous présenter sa nouvelle création 23/24

L'enfant de Verre

 Ecriture Leonore Confino

Mise en scène Alain Batis

Création Novembre 23

Création dans le cadre du projet de compagnonnage sous un matelas de silence entre leonore Confino, autrice et Alain batis, metteur en scène avec le soutien du Ministère de la Culture.

Distribution en cours, 7 comédien/ennes – danseuses/eures voir musicien/ennes

Dans cette fable, le verre est central. Le verre comme édifice familial aussi lumineux qu’inquiétant, aussi fragile que tranchant. Le verre comme transparence de façade. Le verre comme non-lieu, non-temps : il ne se tâche pas, ne « marque » pas, ne vieillit pas. S’il lui arrive de se briser, on le remplace.

Ainsi, perché sur une falaise rocheuse, se dresse un joyau d’architecture, un enchevêtrement de baies vitrées qui, à distance, donne l’illusion d’un diamant.

C’est ici que vit la famille Kilvik : Liv (15 ans), sa soeur Hella (18 ans), le père, la mère, la grand-mère maternelle… et un autre être, à la présence énigmatique, l’enfant de verre.

La famille œuvre dans le verre depuis des générations. Dans cette région, chaque grain de sable est promis à devenir verre… On peine toujours à se figurer comment une matière si rugueuse peut devenir translucide. Chez les Kilvik, le verre domine. La vaisselle est en verre. Les tables et les chaises sont en verre. Les ronds de serviette sont en verre. Les baignoires sont en verre. Même les murs sont en verre. Lassés de se cogner contre les baies vitrées, les oiseaux ont depuis longtemps déserté l’horizon. Dans son atelier, pour faire plaisir aux enfants, on commande au souffleur de verre des figurines d’oiseaux et autres animaux… La circulation dans l’édifice nécessite de la prudence. Ici, on ne court pas. Les filles Kilvik, comme leur mère et leur grand-mère avant elles, ont intégré dès le plus jeune âge la géographie du royaume. Depuis des générations tous vivent avec une conscience aigüe de l‘extrême fragilité de l’enfant de verre. Son existence seule invite à la prudence, tempère les joies et les peines, relativise les petits malheurs de chacun.e. Ainsi, quand Liv se réveille un matin avec une petite mésange de verre brisée dans sa main, la paume en sang, elle ne dit rien…

Tout nous reste à écrire, à imaginer, avec un point de vigilance : que l’amour vienne équilibrer le chemin éprouve.

Le désir est de laisser le temps au temps, de procéder par étape, par énigme. Dans le vertige de cette aventure à la table et au plateau, Avec pour partenaires la joie et la jubilation, la poésie dont font partie de l’essence même de l’écriture de Léonore. Alain batis

 

Production : Compagnie Mandarine Blanche

 Coproductions, partenariats et soutiens (en cours) : Espace 110 d’Illzach, Espace Bernard-Marie Koltès de Metz Scène conventionnée d’Intérêt National écritures contemporaines, Le Trait d’Union de Neufchâteau, La Madeleine Scène conventionnée de Troyes, la Ville de Boulogne-sur-Mer,Théâtre Antoine Watteau de Nogent Sur Marne-scène conventionnée d’intérêt national, Pôle de création du Val Briard, le Théâtre Jean Vilar de Suresnes, les Théâtre des 2 rives de Charenton, CDBM du Perreux sur Marne-scène conv., ….

La Mandarine Blanche est conventionnée par la DRAC Grand Est – Ministère de la Culture et la Ville de Metz

L'enfant de verre L'enfant de verre [1.085 Kb]