Emmanuelle Dandrel Directrice de développement et de production de compagnies conventionnées ou émergentes
Home » productions 24/25

productions 24/25

 - Emmanuelle Dandrel

La compagnie Les Arpenteurs de L’invisible est heureuse de vous annoncer sa nouvelle création 24-25, l

 L’Homme Qui Rit

De Victor Hugo

Adaptation et mise en scène de Jérémie Sonntag et Florian Goetz

 Avec 6 Comédiens : Hayet Darwich, Florian Goetz, Maxime Lévêque, Thomas Matalou, Jordan Sajous, Sarah Jane Sauvegrain…

Forme autonome techniquement, pouvant se jouer dans un théâtre ou des lieux non équipés.

Tout public à partir de 12 ans. Scolaires à partir de la 4ieme.

1O personnes en tournée

 À la fin du 17e siècle, un jeune lord, Gwynplaine, est enlevé sur ordre du roi et atrocement défiguré, la bouche fendue jusqu’aux oreilles. Abandonné une nuit d’hiver, il sauve une petite fille aveugle, Dea, et rejoint la voiture d’un artiste nomade, Ursus. Quinze ans plus tard, devenus comédiens, ils connaissent le succès avec leur pièce «Chaos vaincu» grâce à la monstruosité de Gwynplaine qui provoque l’hilarité. Par une suite d’évènements et d’intrigues de cour, Gwynplaine est rétabli dans ses droits et devient pair d’Angleterre. Mais sa mutilation ne s’effacera pas, et celui qui se serait voulu prophète à la chambre des lords restera condamné à n’être qu’un bouffon. 

 Ce roman de Victor Hugo, publié en 1869 est une œuvre foisonnante et baroque ; une méditation historique et métaphysique, qui nous donne à réfléchir sur la misère et sur le peuple.

 « Par le prisme des personnages de Dea et de Gwynplaine, nous faisons exister dans ce monde sans perspective la possibilité d’une révolte. Qu’il s’agisse d’un désir de justice irrépressible pour Gwynplaine ou de l’expression d’un dessein commun pour Dea, notre Homme qui rit est une ode à l’ouverture, à l’invention collective d’un nouvel horizon fondé sur l’attention à l’autre, sur le souci de la relation et sur l’importance des communs.

Dans un dispositif scénique trifrontal, le public sera au cœur de la représentation. Le spectateur fera ainsi l’expérience des différentes classes sociales (il sera à la fois un artiste nomade, le peuple cherchant à se divertir, un aristocrate à la cour ou siégeant à la chambre des lords...) Notre Homme qui rit s’inspirera des codes de cette forme ancienne de théâtre populaire qu’est le théâtre de tréteaux. Une voiture usée, polluante et déclassée  rappellera la condition des classes moyennes paupérisées de nos sociétés inégalitaires et sera un espace scénique à part entière, sorte de tréteaux contemporain.

Pour parler de manière universelle de la violence sociale, nous jouerons sur les représentations esthétiques de la misère et du pouvoir en entremêlant les époques. Les costumes et les musiques évoqueront un espace atemporel où se mêleront aussi bien les influences classiques du 18ème que celles de notre siècle. » Jérémie Sonntag et Florian Goetz 

 Les arpenteurs de l'invisible sont conventionnés par le département du Val de Marne et artistes associés à la Ferme de Bel Ébat - Guyancourt età la Scène Watteau - Nogent-sur-Marne.   

co-poducteurs à ce jour :  le Théâtre Antoine Watteau - Nogent sur Marne, la Ferme de Bel Ébat - Guyancourt, le Théâtre des 2 Rives - Charenton le Pont, le Theatre de Maisons Alfort, le Théâtre de Meudon, L'Envolée de Val Briard

 - Emmanuelle Dandrel

La Compagnie HERCUB a le plaisir de vous présenter leur nouvelle création pour l'automne 24

LES PIEDS SUR TERRE

De Gilles Granouillet

Mise en scène de Michel Burstin, Bruno Rochette, Sylvie Rolland

Un polar mystique, joyeusement immoral pour ados et adultes

Avec 4 comédiens

Une belle histoire malhonnête qui rend heureux

C’est une histoire marquante construite sur le principe d’une enquête policière avec flashbacks. Une histoire de chantage en bande organisée où ce sont les enfants qui aident leurs parents. Et à la fin, au fond de chacun d'entre nous, quelque chose a changé

Une jeune femme et un homme plus âgé arrivent et s’adressent au public. Un père et sa fille. Monsieur Moreau et Suzanne. Ils commencent à raconter une histoire vieille de quatre ans. Une tranche de leur vie. Un de ces épisodes fondateurs de la relation parentenfant quand elle entre dans un rapport d’adulte à adulte. A l’époque, Monsieur Moreau était vigile dans un supermarché. Après avoir eu une carrière professionnelle confortable et enviable, il avait connu une période de chômage, et avait fini par accepter ce poste : vigile... L’ancienne nourrice de Suzanne, Madame Dos Santos, était alors caissière dans ce supermarché. Et un jour, Madame Dos Santos a mis un parfum dans son sac, sous l’œil des caméras, en « oubliant » de le passer devant le lecteur de code-barres... Voilà ! L’incident est là. Le grain de sable. Monsieur Moreau risque sa place s’il protège Madame Dos Santos. Madame Dos Santos risque la sienne s’il ne le fait pas. La procédure se met en place et chaque petite démarche, chaque petit aveu, chaque petite signature... va en entraîner un(e) autre, de manière programmée et inéluctable, jusqu’au dénouement. Tout est prévu, tout est sous contrôle. ... Sauf si Suzanne s’en mêle !

 

Après le procès-fiction TERREUR, Hercub’ continue d’explorer le cas de conscience, le droit à la désobéissance, le moment où justice et morale divergent... cette fois au sein d’une société de consommation basée sur la frustration et la compulsion, et en y mêlant les relations familiales, intimes et intergénérationnelles